Normandie - colliers & pendentifs

Bijoux et orfèvres en Haute Normandie
La Normandie

Colliers et pendentifs

bijoux normands

 

Le collier d'esclavage
 
.


collier d'esclavage normand en or avec des plaques en email de Bresse

 

 

Comme les autres bijoux normands, les spectaculaires colliers dits d’esclavage avaient une origine très simple qui a évolué rapidement au fur et à mesure que la richesse de la France augmentait.  Vers 1800 déjà les parisiennes portaient un collier formé de chaines en or reliant une ou plusieurs plaques.  Mais en Normandie le collier d'esclavage a evolué en parallel  Il y avait d’abord une simple chaine en crin de cheval, fermée avec un petit fermoir en or en forme de plaque.  La plaque est devenue de plus en plus grande et décorative et était quelquefois émaillée avec un motif de pensée.  Le crin de cheval fut remplacé par une chaine en plaqué-or ou en or et la large plaque commençait à être portée devant le cou et non plus à l'arrière.

 

 

 

 

 

 

Collier en crin de cheval tressé avec fermoir en or

 

 


Collier en cheveux tressé avec fermoir en or
 

 

Avec l’agrandissement de la plaque il est devenu nécessaire, pour éviter qu'elle se retourne, de souder deux chaines de chaque côté de la plaque qui rejoignait la chaine principale.  L’auteur Jules Barbey d’Aurevilly, dans son livre “L’ensorcelée” publié en 1850, définit l’esclavage comme “ bijou consistant généralement en deux bracelets attachés par une chainette ». (2)

 

 


Collier dit d'esclavage, Normandie, or et email.  Notez comment le fermoir est porté par le devant;
on peut comprendre comment Jules Barbey d’Aurevilly a pu le décrire comme "deux bracelets attaché
s par une chainette".

 

 

Cette description est très intéressant et, bien que succincte, est une bonne façon pour un homme de décrire les esclavages précoces et elle donne une explication logique pour l’origine du nom : les esclaves noirs étaient souvent entravés par un anneau ou chaine fixée autour de chaque mollet ou poignet et relié par une courte chaine.   Il a été souvent suggéré que le collier d’esclavage a pris son nom par l’état de soumission dans lequel une femme se trouvait après son mariage.  Cependant je doute que ceci soit à l’origine du nom et que les femmes de l’époque auraient accepté un tel nom pour un de leurs bijoux le plus apprécié.  Dans son excellent livre "La bijouterie français au 19ème siècle", Henri Vever ne utilise jamais le terme "esclavage", mais seulement "collier", et je n'ai pas pu déterminer où et quand le terme "esclavage" a été utilisé pour la première fois. (3)

 

  plaque fermoir en or émaillé


petit plaque fermoir en or émaillé


 plaque fermoir en or émaillé

 

La plaque unique fut remplacé rapidement par trois plaques, voire cinq, souvent très décoratives, avec jusqu’à cinq chaines les reliant entre elles, parfois émaillées.  Le collier cessa de s’ouvrir par le devant et un fermoir fut fixé sur l'arrière.  Il est possible qu'un médaillon ou qu'un jeu de chaines supplémentaires fut offert à la femme pour marquer chaque naissance d'un enfant.

 

Les bijoutiers en Normandie assemblaient les colliers d’esclavage sur commande avec les plaques gravées et émaillées, venant souvent de Bourg-en-Bresse et avec des chaines décoratives achetées au mètre auprès des fabricants parisiens.  J’ai eu plus d’une centaine de colliers d’esclavage entre mes mains et je n’en ai jamais vu deux d'identiques.

Sur les colliers d'esclavage normands les plaques étaient presque toujours ovales, agrémentées par des décors émaillés.  En revanche, dans la région de l'Auvergne, les plaques étaient souvent rectangulaires.  Les colliers d’esclavage ont été le plus populaire vers 1830-1840 avant d'évoluer vers les colliers draperie, plus sobre et facile à porter.

 

 

 

 

 

 

carte postale ancienne avec bonnet rond et collier d'esclavage

 


Il est prétendu dans certains ouvrages qu'un collier d'esclavage pouvait coûter jusqu'à mille francs voire le prix de deux vaches.  Ce qui est tout à fait impossible.  Bien qu'un collier d'esclavage en or fût un bijou onéreux et pas à la portée de tout le monde, mille francs est une somme trop considérable pour un tel bijou. Ces colliers sont très légers et pèsent entre cinq et quinze grammes d'or en dix-huit carats.  Les pièces Napoléon contiennent 6.4 grammes d'or à vingt-deux carats et ont circulé à leur valeur faciale de vingt francs jusqu'à la première guerre et le coût de la façon pour transformer un ou deux Napoléons en un collier est bien moindre que mille francs.  Marguerite Bruneau dans son excellent ouvrage Histoire du costume populaire en Normandie parle d'un collier d'esclavage de quinze grammes expertisé à trente-deux francs en 1832 à Saint Lô. (4)


collier dit d'esclavage,
Normandie, or et emaux de Bresse


collier dit d'esclavage,
Normandie, or et emaux de Bresse

 

 

 


détail du collier dit d'esclavage,
"je vous M"

collier dit d'esclavage,
Normandie, or et emaux de Bresse

détail du collier dit d'esclavage,
"pensée (pensez) à moi"

 

 

 


collier dit d'esclavage, Normandie, or et email
"Unis pour la vie"

 


détail de plaque centrale

 

 


Collier dit d'esclavage, Normandie,
or et email.  La plaque centrale est un fermoir


Collier dit d'esclavage, Normandie,
or, strass et emaux de Bresse

 

 


collier dit d'esclavage, Normandie, or et email Bressan

 

 


collier dit d'esclavage, Normandie, or et email Bressan

 

 

Les colliers d'esclavage étaient souvent fermés par un fermoir-plaque émaillé, et on trouve occasionnellement de simples chaines avec pour seule décoration le fermoir émaillé.  On pense qu'ils étaient des précurseurs de colliers plus travaillés ou qu’ils étaient portés par des femmes moins fortunées, ce qui est certainement vrai.  Mais n'est-il pas également envisageable qu'ils pouvaient être offerts à des femmes lors de leur mariage avec l'intention d'ajouter des plaques et chaines pour faire des vrais colliers d'esclavages pour la naissance des enfants ou quand les finances le permettait?  Les revers de fortune ou l'absence de naissances peuvent alors expliquer pourquoi certains sont arrivés jusqu'à nous intacts.

 


collier normand avec fermoir-plaque emaillé avec motif de pensée
(notez les trous supplémentaires)

 

 


collier normand avec fermoir-plaque emaillé avec motif de pensée

 

 

 

Le collier d'Yvetot

 

Les colliers d'Yvetot, nommé après une bourgade prospère près de Rouen, étaient portés entre 1800 et 1840 dans l'Haute Normande.

Les colliers d'Yvetot étaient souvent vendus avec une croix et un pendentif qu'on pouvait échanger selon l'occasion.  Un ruban en velours fixé aux bouts permettait le collier à être porté et rendait le collier moins cher, plus léger, plus confortable et réduisait probablement l'usure sur le col de la robe.  Quand les colliers d'Yvetot se sont démodés, ils étaient démontés et seulement les croix gardées pour être portées avec des chaines moins clinquantes.  C'est pour cette raison que les colliers d'Yvetot complètes sont assez rares de nos jours.

bijoux normands


 collier d'Yvetot, argent et strass

ijoux nor

 

 


 collier d'Yvetot, argent et strass

 

mands


croix d'Yvetot, or et strass

croix d'Yvetot, or et strass

 

 

 


 collier faisant parure avec une croix bosse, argent

 

 

 

 

Pendentif Saint Esprit normand
 

Ces pendentifs Saint Esprit, typique de la Normandie, ont un motif d’une colombe volant tête en bas et portant un rameau d’olivier ou, plus rarement, une grappe de raisins dans son bec.  On voit quelquefois d’autres petits oiseaux bequetant les olives ou raisins.  Les Saint Esprit normands sont généralement fait en argent, serties de strass, et sont plus rare en or.  Les anciens Saint Esprits étaient très simples et petits, en argent sertie de quelques strass, cependant ils sont rapidement évolués en larges pendentifs très élaborés et sertie avec une centaine de strass.

 

 


Saint Esprit normand, or et strass

Saint Esprit normand, or et strass

Saint Esprit normand, or et strass

Saint Esprit normand, or et strass

 

 

 


Saint Esprit normand, argent et strass

 


Saint Esprit normand, argent et strass

 

 

 

 

 
Saint Esprit normand en argent et strass

 

 

 


Saint Esprit normand en or et strass

Saint Esprit normand en or et strass

 

 

 

 


très grand Saint Esprit normand en or strass
recto

 


très grand Saint Esprit normand en or strass,
verso

 

 

 

 


Saint Esprit normand
en or et strass
(manques)

Saint Esprit normand
en or et strass

 

Saint Esprit normand
en argent et strass
(un oiseau manquant)

 

 

 


Saint Esprit normand
en or et strass
1809-1819

Saint Esprit normand
en or et strass

 

grande Saint Esprit normand
en or et strass
1809-1819

pendentif-saint-esprit-normand-5488

bijoux no


grande Saint Esprit normand en argent et strass

 

 

rma

Le pendentif Vlaamse Hart

 

Les pendentifs Vlaamse Hart sont nés à Anvers vers la fin du 18ème siècle et sont faits en argent sur or, sertis de diamants roses. Les pluparts ont été fabriqué entre 1800 et 1850.   Sur 38 exemples dans les trésors des églises d'Anvers, 10 sont dépourvu de poinçons, 6 sont de Belgique de sud, 14 de Mechelen, 7 d'Anvers et un de Gent.  “Vlaamse Hart” se traduit par “cœur flamand” et les pendentifs représentent le cœur de Marie.  Il existe deux sortes de Vlaamse Hart: un est représenté par une simple couronne de fleurs sur la partie supérieure et était souvent offert pour la fête des mères, tandis que l’autre, qui était offert comme gage d’amour, est décoré avec un arc, un carquois de flèches, une torche brulante et parfois des branches.  Les Vlaamse Hart étaient souvent portés dans le nord de la France et j’ai même rencontrés plusieurs exemples en Normandie.  (Il convient de se rappeler que la Belgique était une province française entre 1793 et 1815)  1

 

 


Pendentif Vlaamse hart en or, argent et diamants

 
 
Pendentif Vlaamse hart en argent et diamants
avec attributs d'amour
 
Pendentif Vlaamse hart en or, argent et diamants
avec attributs d'amour (diamant central manquant)

 

 

 

 


pendentif normand en or et email
quelqufois suspendus à des colliers d'esclavage mais souvent seuls, j'ai trouvé ces pendentifs exclusivement en Normandie


 

 
bijoux norma

 

 

contenu:
 

bijoux normands - bijoux et orfevres en haute Normandie - croix de Saint Lô - croix de Rouen - croix de Caen - croix drille - croix cde Pierres - Saint Esprit normand - croix de Dieppe - ivoire de Dieppe - croix bosse - épingle de coiffe - croix papillon - croix à la Jeannette - ivoire de Dieppe - collier d'esclavage - pendants d'oreille fileuses - poissardes - croix d'Yvetot - agrafe de cape - vlamse haart - Lanté et Gatine - croix de Boulogne - boucles d'oreilles Milanos - pendants d'oreilles Milanos - bague Lisbonne - bague noeud d'amour - chaine sorcière - croix de pardon - bijoux boulonnais - coiffe soleil - costume de matelotte - bague capelet - croix de Champagne - croix d'Alsace - broche alsacienne - croix de Lorraine - bijoux des régions de France - les bijoux des Français - les  bijoux de France - bijoux régionaux - bijou régional - croix écotée - pendentif Saint Esprit - Saint Esprit d'Aurillac - rose de Velay - collier d'esclavage - croix de Puy en Velay  - croix d'Auvergne - bijoux d'Auvergne - bijoux auvergnat - collier Saint Esprit de Puy en Velay - croix de Velay - bijoux d'Auvergne et du Velay - costume regional - bijoux régionaux - coiffe  - coiffe auvergnat - bijoux des régions de France - bijoux régionaux - les bijoux traditionnels Français - croix régionales - Léon Giron - Antoine Raspal - Thomas Desgeorge - Estella Canziani - esclavage auvergnat - French regional jewellery – jewelry - French traditional jewellery – jewelry - French folk-dress - French folk costumes - antique French jewellery - les bijoux de France - les bijoux des Français - Streeksieraden en Zeeland Friesland - Vlaamse Hart

 

 

Bijoux et orfèvres en Haute Normandie - bijoux et costumes normands
Normandie - colliers et pendentifs